mercredi 27 mai 2015

Faire-part de naissance

Les rêves ont une fin. Avant le début d'un nouveau rêve. Aujourd'hui des milliers d'Orson Welles sont arrivés langés dans du blister, soigneusement alignés, vierges encore de tout lecteur. C'est l'heure du service de presse, sorte de carnet rose du livre frais paru. J'espère que le bébé se portera bien et qu'il arrivera à ses lecteurs. En attendant, je signe... et je pense avec affection aux dizaines de personnes qui m'ont aidée dans mes recherches.

11 commentaires:

Armand Herscovici a dit…

Dès que le livre est disponible, je l'achète.

Armand

Anca Visdei a dit…

Merci, il sera en librairie dès le 9 juin, que le temps me semble long! mais Welles a l'éternité pour lui!

Anonyme a dit…

Les commentaires d'un blog sont parfois presque aussi intéressants que le blog lui-même.

J'en veux pour preuve le commentaire de Mr Armand Herscovici dans lequel il déclare que dès que la biographie d'Orson Welles sera disponible, il l'achètera.

Dans la mesure où il ne dit pas qu'il va s'empresser de la lire, on se demande pourquoi.

Est-ce pour faire savoir qu'il a les moyens de dépenser une vingtaine d'euros?

Est-ce pour remplir sa bibliothèque ( j'avais un beau-frère qui achetait des ouvrages au mètre sans les lire )

Est-ce pour la faire figurer au milieu d'œuvres de sous littérature ( Marc Levy ....) ou celles d'intellectuels à mon sens dévoyés ( Todd qui écrit un bouquin sur le 11 janvier sans faire la moindre enquête, Finkelraut qui radote, BHL qui a largement contribué à foutre le bordel en Lybie ....)

Est-ce pour prouver sa réactivité? cela n'est-il pas un peu puéril alors que, selon le prénom, Mr Herscovici n'est plus si jeune.

C'est alors qu'intervient le miracle internet par lequel on apprend qu'Armand Herscovici est en fait un scientifique actuellement en retrait du milieu dans lequel il a exercé et qui déclare "j'ai toujours été un lecteur passionné"

Ouf, si Mr Herscovici a acheté le livre, c'est pour le lire.

Comme il est lui-même écrivain, il saura sans nul doute faire une lecture pertinente du dernier opus de Mme Visdei.

Reste posée la question: pourquoi n'a-t-il pas annoncé dans son commentaire qu'il allait lire l'ouvrage consacré à Orson Welles?

Cela paraît évident mais de la part d'un écrivain et d'un scientifique, ne pas exprimer clairement et complètement ce que l'on a à dire, cela me paraît fautif.

La seule explication trouvée par l'AMEV ( Association Mazargaiose des Etudes Visdeiennes - droit d'inscription annuel: 150 euros ) est que Mr Herscovici, troublé par l'éblouissante beauté de Mme Visdei que la photo met en évidence ne savait plus trop bien ce qu'il écrivait.

On n'est pas sérieux quand on a plusieurs fois sept ans

Armand Herscovici a dit…

Cher anonyme,

Flatté de susciter tant d'intérêt chez vous. Aussi, voici une réponse à votre message.

C'est vrai, j'ai plusieurs fois sept ans, et j'ai les activités que vous dîtes. C'est vrai aussi, il m'arrive d'être moins sérieux que j'en ai l'air. De plus, bravo pour votre lucidité, j'ai annoncé que j'achèterai ce livre -- Orson Welles, je le précise pour apaiser vos tourments -- pour faire savoir que j'ai les moyens de dépenser vingt euros (j'ai une ligne de crédit ouverte à la banque). Quant à la beauté -- troublante -- de Mme Visdei, je ne peux que suivre votre appréciation, même si je la trouve un peu timorée. Je vais donc lire ce livre, en plus de l'acheter.

Bien à vous et amitiés aux gens de l'AMEV.

Anca Visdei a dit…

Les potes, vous êtes trop chouettes! arrêtez les fleurs sur ma beauté! Je commence à avoir peur que je n'aurai que des chardons pour la qualité du livre. Qu'Armand Hercovici et les membre de L'AMEV liront je l'espère sans trop d'ennui. Le premier Armand que j'ai connu se nomme Duval et il est né sous la plume de Dumas Fils dans La Dame aux Camélias et je peux affirmer que, par rapport à cet illustre et romantique prédécesseur, Armand H. est un charmant jeune homme. D'apprendre qu'il dispose d'une carte bancaire ne fait qu'augmenter son sérieux et son charme. Et l'assaut d'humour est si joyeux entre vous que je me demande si en comparaison , je ne fais pas un peu bonnet de nuit. J'espère quand même : bonne lecture, les amis!

Ivona Rullert a dit…

Après les fleurs sur la beauté, d’autres sur le blog – sans en oublier les commentaires.

Pour ceux qui suivent Roland Garros, il n’a pas échappé que dimanche dernier, l’un des joueurs s’est illustré en renvoyant la balle d’un coup très rare, raquette dans le dos… au point que son adversaire s’est prosterné à genoux devant lui au filet, sous les acclamations du public.

Je transpose ici. Ma fréquentation des sites et des blogs sur Internet me permet d’affirmer que rares sont ceux qui échappent à des commentaires qui s’accumulent, tels des nuages lourds et attristants, venus d’on ne sait où, et dont on cherche à se mettre à l’abri.

Depuis près de sept ans, près d’un millier d’articles et autant de commentaires, Anca Visdei a animé un échange ouvert, elle a eu le savoir-faire et l’entourage amical qui ont permis d’éviter cette dérive.

Ce nouvel échange enjoué est vivifiant : vagabonder dans son blog est un vrai bonheur.

Anca Visdei a dit…

Et moi je suis plus heureuse de lire ces échanges que d'écrire mes propres notes. Merci merci ; merci à vous.

Anca Visdei a dit…

Et moi je suis plus heureuse de lire ces échanges que d'écrire mes propres notes. Merci merci ; merci à vous.

Anonyme a dit…

J'apprends beaucoup de choses de Mr Herscovici.

Par exemple qu'un éminent scientifique et écrivain ( je ne doute pas de son talent ) peut rester, quoique n'étant plus tout jeune, un véritable gamin.

La preuve:

D'abord, cette volonté de faire savoir qu'il allait s'empresser d'acheter la biographie d'Orson Welles.

Ensuite de laisser entendre qu'il serait plus à même que moi-même, modeste commentateur anonyme, d'apprécier la beauté de Mme Visdei. Je cite: " quant à la beauté-troublante de Mme Visdei, je ne peux que suivre votre appréciation MEME SI JE LA TROUVE UN PEU TIMOREE "

Selon Sénèque, les grandes douleurs sont muettes.

De même, les plus grandes admirations sont exprimées avec la plus grande discrétion- de préférence sous le sceau de l'anonymat.

Hélas, quand je pense que ce Monsieur qui ne vit pas dans la précarité ne s'est même pas proposé d'adhérer à AMEV, on est un peu peiné.

Armand Herscovici a dit…

Parler ne fait pas cuire le riz.

Proverbe chinois

Anonyme a dit…

Va-t-il falloir que j'essaie de comprendre et commenter ce proverbe, moi qui n'ai rien d'un intellectuel?

Bon, je cesse de vous taquiner..... jusqu'à la prochaine fois.

Bien cordialement