dimanche 23 avril 2017

jeudi 20 avril 2017

Un courrier de la vieille dame de la rue Ballu, notre chère société fondée par Beaumachais et qui, depuis, perçoit les droit des auteurs  et des compositeurs dramatiques, m'apprend que ce 7 avril, la Compagnie Scintille de Jonquières y a joué ma pièce La Patiente. On y lit aussi que ce 26 avril, au Théâtre des Thermes de Vichy, on jouera Quand même ou Les Turpitudes du théâtre, ma pièce sur Sarah Bernhardt, pièce que je n'ai vue/entendue qu'une fois, en lecture (excellente!) au Théâtre de la Huchette. Je ne connais pas Jonquillères et je n'ai encore jamais été à Vichy, mais dans une géographie du coeur mes pensées vont vers ces troupes qui se donnent la peine de jouer des auteurs contemporains. Je ne connais aucune des compagnies, mais elles et leur membres sont déjà de ma famille, la plus importante. Emotion de les imaginer incarnant mes personnages et faire vivre mes mots. Un bouquet pour tous ceux qui font du théâtre par passion. Merci.

mercredi 19 avril 2017

L'amour est éternel

Je ne sais, lecteurs bien aimés, lectrices bijoux, si je vous ai déjà parlé de ce talentueux et tempétueux  célibataire né à Bonn pour lequel mon coeur soupire et sourit. Il est pour moi partout, comme le sont toujours les gens que l'on aime passionnément. Cet après midi, au musée Bourdelle, ignorant les somptueuses robes de Balenciaga exposées noir sur noir, et les merveilles du musée du sculpteur, je n'avais, une fois de plus (je suis fidèle), des yeux que pour lui. Ah Ludwig, espèce de traître,  pourquoi mourir un siècle et demi avant ma naissance? L'aurais-tu fait exprès? Je m'en fiche : l'amour est éternel et "le temps ne fait rien à l'affaire."               

mardi 18 avril 2017

Place d'Aligre

Une brocante un peu triste et frileuse en ce lundi de Pâques, mais au dessus des tentes et des stands, une couronne de glycines qui font oublier et amadouer les nuages gris.

lundi 17 avril 2017

Jour de fête

Dimanche au milieu du pont pascal. C'est exact que j'ai démarré tard ma journée : soin des fleurs, vaisselle, lessive, courrier, etc. Partie au radar, je commence par tomber sur le jardin nomade de la rue Delescluze, cela ne s'invente pas, mais se dit joliment.

Je rencontre au hasard du Boulevard Beaumarchais deux jolies petite filles,  Roos er  Robbyn avec leurs parents, Kees et Trudy. Néerlandais, charmants, gais et la mère parle un très beau français. Ils sont inquiets car ils ne savent pas où acheter quelques souvenirs, ils rentrent le soir même aux Pays-Bas. Je les amène Place des Vosges, à une encablure, et ils partent content vers le Marais où, fête de Pessah passée depuis une semaine, ils trouveront quelques boutiques qui les charmeront. Au revoir Trudy, bonne visite de la Ville Lumière. Sourires, baisers et adieux. Mais tiens : je suis Place des Vosges, moi, et si pour une fois j'entrais à la Galerie 26 (sise au même numéro) dont Anne Lajoix, experte des arts du feu m'a dit tant de bien. En vitrine de très belles toiles, personnelles, intimes, tendres, tendance Vuillard  & Bonnard : tout ce que j'aime. J'admire la vitrine, c'est fermé, ben finalement non, le galerie arrive, j'entre, il est passionnant : il fut le premier à s'installer place des Vosges, il y a trente ans, quand tous ses confrères étaient rive gauche. Il me parle de l'artiste dont j'admirais les toiles en vitrine, James MacKeown. J'adore son travail, intime, précieux, sensible, faites un tour, c'est un endroit où l'on aime et défend la peinture et on peut regarde sans que l'on vous  regarde comme un voleur potentiel. Jusqu'à la fin mai, les femmes, les enfants, les Venises de James Mackeown vous diront de belles histoires de bleu et d'enfance, de douceur et  de légère nostalgie. Je reviens sur mes pas, vers le boulevard Beaumarchais et, au dessus du Tabarin, il me semble voir des trompes en mosaïque, je devrais arrêter la colle...
Mais non, il s'agit bien de deux éléphants, ils ne sont pas roses, je suis rassurée.
Je continue sur le Passage Homme (11e), dont j'ignorais jusque la l'existence et, grâce à la vitrine de Récréativ, librairie spécialisée dans la BD, je sais désormais pour qui voter:
J'entre  dans un cinéma pour m'acheter un billet pour le film de Bron, L'Opéra de Paris. Une jeune femme, dont j'apprendrai qu'elle s'appelle Brigitte et qu'elle est guide touristique à Paris, m'offre sa place : il lui en restait une sur son abonnement et elle n'a pas le temps d'y aller. Elle habite le coin, on se promet de se revoir, bon dimanche, Brigitte, le film est passionnant, nous ne voyons pas passer les deux heures, je rentre à pied, il fait bon, bref : un dimanche parisien au milieu d'un pont. Mais ce n'est pas tout ça, il faut que je rentre chez moi travailler le piano avant que les voisins s'endorment. Dernière rencontre : dans ma rue, quelqu'un a débarrassé de fausses poutres en polystyrène  peintes avec des fibres de bois et des noeuds, cela tombe à point pour le jardin de totems que j'envisageais de créer. Transport des encombrants à la maison : une chance que les éboueurs ne passent pas ce soir. Joyeuses fêtes à vous

samedi 15 avril 2017

Enfin...

...dans une gare, des conseils en cas d'attaque terroriste. Ce n'est pas grand chose, mais il s'agit tout de même de la reconnaissance d'un problème avec lequel nous devons vivre. Er reconnaître c'est déjà combattre. Et peut être aussi rassurer.