mercredi 16 novembre 2016

Face à la mort du torero...

... dans la très réussie exposition Giacometti-Picasso à l'Hôtel Salé.

6 commentaires:

Lerude marc a dit…

Le minotaure fracasse le labyrinthe
Éventrement du blanc coursier
Furieuse étoile aux bras rutilants
Cris
Aux sources de la renaissance !

Rillo Ventura a dit…


Mon grain de sel :

Longtemps, alors que les frigos n’existaient pas, le sel a été le seul moyen de conserver les aliments (dont les salaisons). Il a ainsi eu une importance stratégique :
Il est ainsi devenu une monnaie d’échange pour le paiement d’un travail ou d’un service : le «salarium», (mot à l’origine de «salaire») était initialement la ration de sel fournie aux soldats romains.
Au 14ème siècle en France, il est devenu monopole royal et vendu assorti d’une taxe – la gabelle – dont le recouvrement était confié à des «fermiers» aidés de «gabelous».

L’hôtel qui abrite le Musée PICASSO fut justement construit par un tel «fermier» et se vit rapidement affublé par dérision du nom d’HÔTEL SALÉ.
Ledit fermier ayant été ruiné lors de la disgrâce du surintendant FOUQUET, l’hôtel a connu au fil de siècles diverses destinations.
Racheté dans les années ’60 par la Ville de Paris, il a ensuite été décidé qu’il abriterait des œuvres de Pablo PICASSO et de collections que celui-ci possédait, provenant de dations (en règlement les droits de succession de ses héritiers).

C’est le Musée PICASSO.

Virna Roullet a dit…


«La mort du torero», face auquel se trouve Anca, a pour pendant «La mort de la femme torera».
Les deux tableaux datent de l’époque où Alberto GIACOMETTI – qui avait la trentaine – commence à fréquenter Pablo PICASSO – la cinquantaine.

Qui a eu vent du profond intérêt que la signataire du blog porte à l’artiste suisse, et du remarquable investissement qu’elle lui a consacré, peut éventuellement trouver que la sobriété de son article laisse le lecteur sur sa faim.

Till Rouveran a dit…


L’exposition PICASSO-GIACOMETTI s’est ouverte il y a un bon mois et se poursuivra jusqu’à début février.

PICASSO, pas d’erreur, c’est Pablo. Mais GIACOMETTI ?
De première évidence ce ne peut être qu’Alberto – le peintre et sculpteur.
Malgré leurs 20 ans de différence, leurs chemins se sont croisés à Paris vers 1930 et un dialogue suivi durera une bonne vingtaine d’années.
Leurs styles sont certes éloignés mais bien des points les rapprochent :
Surdoués dès l’adolescence, ils seront en permanence pris d’une fièvre de la création ;
L’un et l’autre abandonneront délibérément la figuration mais tous deux résisteront aux sirènes de l’abstraction dominante et resteront fidèles au réalisme.
Fruit d’un partenariat avec la fondation Alberto et Annette GIACOMETTI, l’exposition met un accent évident sur les œuvres et parcours comparés de ces deux artistes-là.

Où est alors passé Diego GIACOMETTI ?
Cadet d’à peine plus d’un an d’Alberto, il a, sur l’injonction de leur mère, quitté ses études de commerce en Suisse pour rejoindre son aîné qui faisait ses premiers pas à Paris ;
S’adonnant à son tour à la sculpture – surtout animalière, privilégiant le bronze et s’orientant vers le mobilier – il a fait preuve d’une excellente dextérité ;
Leurs ateliers sont restés pratiquement communs jusqu’à la fin de leur vie ;
Il s’est avéré être en grande partie au service de son frère ;
On a pu affirmer que leur collaboration fut si étroite qu’il est parfois difficile de distinguer leurs apports respectifs.
Diego a survécu une vingtaine d’années à Alberto.
Il a alors redoublé d’activité, et ses œuvres ont été très demandées…
Lui a notamment été attribuée l’entier de la commande de mobilier pour le musée PICASSO, avant que celui-ci n’ouvre ses portes.
Sur les deux frères, surtout Diego, ne pas hésiter à lire ou relire «GIACOMETTI, Alberto et Diego, l’histoire cachée» de Claude DELAY (paru chez Fayard en 2007).

le blog d'Anca Visdei a dit…

Oui, un excellent livre. Un autre point commun : les pères des deux artistes étaient du métier : le père de Pablo Picasso professeur de dessin et celui d'Albert peintre. Je ne connais pas "La mort de la femme torera". Quel dommage que l'on ne puisse pas mettre des images dans les commentaires. A mois que... Rillo Ventura a une idée la dessus...

Virna Roullet a dit…


Certaines et certains souhaitent découvrir les tableaux «La Mort du Torero» et «La Mort de la Femme Torera» de Picasso.

On peut réitérer le regret de ne pouvoir insérer d’images dans les commentaires.
Il faut être néanmoins conscient qu’un blog (dont ses commentaires) relève de la diffusion au public le plus large.
Ce qui peut soulever les droits d’auteur bien connus en matière de publication.
Ce qui suit semble échapper à ce handicap, du moins pour l’auteur(e) du blog et pour qui y appose un commentaire.

Je propose de suivre la procédure décrite par Troll Vaurien dans les commentaires de l’article du 21 octobre (« Souvenirs ravigotants…»).
Recopier dans un navigateur Internet (Google, Safari…) les liens qui permettent d’accéder aux illustrations mentionnées – à savoir ici :

- Pour «La Mort du Torero» :
http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Frogallery.com%2F_RG-Images%2FPicasso%2FPosters%2FPicasso-Corrida_la_Mort_du_terero.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Frogallery.com%2FPicasso%2F_picasso-hm-posters.htm&h=427&w=600&tbnid=VXLZ1Xqfao6dtM%3A&vet=1&docid=EE3lI1iuL8qDCM&ei=Z_EwWIueEIGza8H0puAP&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=427&page=0&start=0&ndsp=49&ved=0ahUKEwjL7Zf8jLbQAhWB2RoKHUG6CfwQMwgsKA8wDw&bih=950&biw=1920

- Pour «La Mort de la Femme Torera» :
http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.pablo-ruiz-picasso.net%2Fimages%2Fworks%2F2042.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.pablo-ruiz-picasso.net%2Fwork-2042.php&h=550&w=682&tbnid=q74tdH2QINbajM%3A&vet=1&docid=AnCr8ej53BKcaM&ei=Z_EwWIueEIGza8H0puAP&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1467&page=0&start=0&ndsp=49&ved=0ahUKEwjL7Zf8jLbQAhWB2RoKHUG6CfwQMwgdKAAwAA&bih=950&biw=1920

Il est vrai que ces liens sont assez longs et qu’il faut bien surligner à chaque fois le tout – depuis «http://»... jusqu’à… «1920» en vue de la recopie.

Pour ceux qui préfèrent travailler en self-service, il suffit de faire une recherche via Google à l’aide de l’ensemble des mots : «Picasso mort torero torera»
Sélectionner ensuite l’option «Images» dans le bandeau «Tous Images Vidéos …», juste au-dessus des résultats de la recherche.
Un grand nombre d’images apparaissent, parmi lesquelles, dès le début, les deux tableaux.
En choisir un et cliquer dessus pour en avoir une vue agrandie.